AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [Interview] Jonghyun pour VOGUE GIRL - août 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimi

₪ Mrs. KIA ₪
₪ Mrs. KIA ₪
avatar


Date d'inscription : 18/03/2012
Localisation : Paris

MessageSujet: [Interview] Jonghyun pour VOGUE GIRL - août 2012   Dim 29 Juil - 8:36

VOGUE GIRL AOUT 2012 – QUI EST ON PERE ?

Citation :
Un contraste avec Colin dans « A Gentleman’s Dignity » dont la personnalité est difficile à cerner, Lee Jonghyun d’un autre côté n’hésite jamais lorsqu’il s’exprime. Il a révélé la véritable raison pour laquelle il s’est lancé dans la musique et a répondu avec le sourire sur son visage aux questions concernant son « foot acting ». Mais il n’a jamais rien révélé à propos du père biologique de Colin jusqu’à la fin de l’interview. (NDLR : « foot acting » signifie également « mauvais jeu d’acteur » en Corée.)


VOGUE GIRL : Avez-vous vu l’interview de Minhyuk pour VOGUE GIRL le mois dernier ?
Jonghyun : Je n’ai vu que les photos. J’ai juste lu l’article où il nous mentionnait, les membres de CNBLUE se surveillent les uns les autres.

VG : Il a dit du mal de votre tam-o’ shanter. Pourquoi l’aimez-vous ?
JH : Les casquettes ne me vont pas très bien. Alors quand je dois porter une casquette ou un chapeau, je porte toujours un bonnet ou un tam-o’ shanter. Mais en réalité j’en porte depuis que j’ai vu Kimura Takuya en porter un dans le drama japonais « Sora Kara Furu Ichioku No Moshi » (One Million Stars Falling from the Sky). Il était extrêmement beau. (NDLR : un tam-o’ shanter est un bonnet traditionnel écossais.)

VG : Je vois. Aimez-vous Kimura Takuya ?
JH : Qui ne l’apprécie pas ? Il est beau, même du point de vue d’un garçon. Je l’ai donc porté après lui, et j’ai trouvé que c’était mieux que je l’espérais. Bien que les réactions autour de moi n’étaient pas positives.

VG : Prenez-vous ces réactions au sérieux tout en faisant comme si cela ne vous dérangeait pas ? Ou n’êtes-vous vraiment pas dérangé par ce que les autres pourraient dire ?
JH : Cela me dérange mais je décide de les ignorer. (rires)

VG : Est-ce les autres membres vous critiquent lorsqu’ils regardent « A Gentleman’s Dignity » ?
JH : Franchement, oui (les membres donnent des critiques honnêtes). (VG : Cela ne nous blesse pas ?) Je ne peux qu’être aidé de toute façon, puisque ma carrière d’acteur est très récente. Et, à mon avis, Minhyuk est vraiment très bon en tant qu’acteur.

VG : Par hasard, est-ce que vous vous souvenez encore de l’interview avec VOGUE GIRL il y a deux ans ? Lorsque nous avons demandé « Que ferez-vous dans les dix prochaines années ? », vous avez répondu que vous continuerez à jouer de la musique, et « peut-être devenir acteur en même temps ». Vous attendiez-vous à ce qu’une telle chose arrive maintenant ?
JH : Je ne m’y attendais pas. A ce moment-là, j’étais plutôt déterminé à ne pas être acteur. Les musiciens sont souvent tenaces. Surtout les guitaristes. Mais avec le temps, j’ai pu accepter d’être acteur tout en continuant à faire de la musique en même temps.

VG : Comment vous êtes-vous senti lorsque vous avez joué dans « Acoustic » ?
JH : Au début, je pensais que je pouvais faire mieux parce que le personnage avait à peu près mon âge et voulait faire de la musique. J’ai toujours pensé que la musique et la comédie étaient des formes d’art avec des sentiments et des « langues » différentes. Alors je me suis précipité, et ai été offensé. L’écart entre les « langues » était trop grand.

VG : Chaque séance d’aujourd’hui incluait des fleurs. Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit quand vous voyez des fleurs ? Pensez-vous que c’est une chose que toutes les filles aiment ? Ou est-ce juste pour décorer ?
JH : Tout d’abord, je n’ai jamais offert de fleurs à une fille. Tout simplement parce qu’un jour, ma sœur ainée m’a dit, après avoir reçu des fleurs de la part de quelqu’un, « Jonghyun, n’offre pas de fleurs à une fille. »

VG : Votre petite amie n’est-elle pas mécontente à ce sujet ?
JH : Non, pas du tout. Je ne suis pas le genre de gars qui célèbre les journées spéciales. Je suis une personne émoussée, ce n’est pas mon style. (VG : Vous êtes le gars typique de Busan ?) Tout à fait !

VG : Vous avez été sélectionné en tant qu’ « Ulzzang » avant de débuter. Avez-vous reçu une attention particulière de la part des femmes depuis que vous êtes jeune ?
JH : Juste un peu. Pas énormément. Parce que j’ai été diplômé d’une école intermédiaire pour garçons, et pour l’école secondaire, même si c’était une école mixte, nous étions répartis dans les classes selon les sexes. (VG : Mais, sans aucun doute que le jour de la Saint Valentin, votre bureau était recouvert de chocolats, et que sur le chemin de l’école, les filles vous suivaient ?) Oui, je pense. J’ai passé des supers moments à l’école. Ça va de soi. (NDLR : Un Ulzzang est une cyber star d’origine sud-coréenne célèbre pour sa beauté.)

VG : Vous étiez champion de judo au collège. Comment avez-vous commencé à pratiquer ?
JH : Quand j’étais en première année, le club de Judo a été réorganisé et on commençait à chercher des joueurs. A ce moment-là, mon corps était plutôt unique, donc c’était exceptionnel. J’étais maigre et très grand. Ma taille actuelle est la même que lorsque j’avais 16 ans. Cela dit, le professeur m’a suggéré de faire ça pour le plaisir, alors j’ai commencé et j’ai fini par trouver ça intéressant. J’ai toujours aimé l’exercice. Je ne dis pas cela souvent, mais j’ai quand même obtenu le 3ème ou le 4ème degré en Taekwondo quand j’étais jeune. Puis pour le judo, peu de temps après avoir commencé, j’ai obtenu la médaille d’or lors de la compétition de la ville. Et j’ai trouvé ça fascinant. (NDLR : Le Taekwondo est un art martial d’origine coréenne.)

VG : Pensez-vous que vous êtes naturellement doué pour le Judo ?
JH : Ce n’était que mon illusion. Peu de temps après, j’ai réalisé que je n’irai pas loin dans ce domaine, dans la mesure de devenir l’athlète numéro un en Judo du pays, j’ai donc pensé qu’il serait mieux pour moi de faire autre chose plutôt que d’être parmi les autres athlètes qui possèdent de meilleures compétences que moi. Alors je suis allé dans une école académique pour étudier. Quand j’étais au collège, mes résultats étaient corrects même si je faisais du sport à côté, mais quand il s’agissait de se concentrer sur les études, ça n’allait pas. Travailler rapidement n’était pas non plus la meilleure solution. J’ai alors décidé de ne pas continuer, j’ai donc demandé à mes parents ce que je devais faire à partir de là, et ils m’ont répondu « Fais comme tu le souhaites. »

VG : Comment sont vos parents ?
JH : Ils sont tous les deux ouverts d’esprit. Je n’ai pas eu besoin de quitter la maison. J’avais de la peine quand je voyais mes amis étouffés par leurs parents trop conservateurs. Mes parents m’ont dit « Vis comme tu en as envie, mais nous te garderons jusqu’à ce que tu aies vingt ans. »

VG : Alors vous ne devez pas avoir souvenir d’avoir brisé le cœur de vos parents ?
JH : Bien sûr que si. C’est aussi arrivé, mais quand ils me voient maintenant, ils se disent que j’ai bien grandi et par moi-même. Bien sûr, c’est une chose et une autre que je ne peux pas dire. Mais dans tous les cas, j’ai passé une agréable vie à l’école.

VG : Alors, pourquoi avez-vous eu tant de soucis au cours de votre carrière ?
JH : C’est la même chose maintenant, mais je déteste vraiment les choses incertaines. Je dois absolument faire ce que je peux faire de mieux. Mais à chaque fois que j’atteignais un certain objectif, j’ai toujours trouvé des personnes meilleures que moi. A part l’exercice/sport, il ne semble rien y avoir que je puisse bien faire, alors j’ai durement pensé à ce que j’aimais faire. Après ça, j’ai réalisé que j’aimais chanter dans les salles de karaoké et écouter de la musique. Alors j’ai essayé de jouer de la musique et j’ai commencé à aller à l’académie. Tout en apprenant à chanter et à jouer du piano, j’ai appris à connaître des musiciens comme Eric Clapton, et j’ai trouvé ça intéressant et stimulant de chanter tout en jouant de la guitare.

VG : Quincy Jones a mentionné la raison pour laquelle il a commencé la musique, « J’ai commencé pour obtenir l’attention des femmes. Je ne sais pas exactement ce que diront les autres, mais de toute façon, ils sont tous pareils. »
JH : C’est vrai ! Je pense que quel que soit le sexe, l’objectif du comportement de tout le monde est le sexe opposé. Cela peut être expliqué par le fait que les hommes veulent être le maître de quelque chose ou que les femmes essayent de se faire belles, c’est la même chose. Si j’essaie de faire en sorte que la raison (pour laquelle j’ai commencé la musique) paraisse bien, je pourrais la décrire avec une romance, mais c’est la vérité. Pourquoi pensez-vous que j’aimais chanter dans les salles de karaoké ?

VG : Y a-t-il une chanson que vous voudriez recommander, pour faire palpiter les filles ?
JH : Ce n’est pas exactement pour cette raison uniquement mais il y a mes chansons préférées comme « Snow Flower » de Park Hyo Shin. (VG : Aha. Comme la chanson « Confession » de Lim Jae Bum ?) J’aime les chansons « moites » comme « One Day » de Position.

VG : Donc, pour résumer l’histoire jusqu’à présent, à l’école, Lee Jonghyun était beau, sportif, étudiait bien, et en plus, chantait bien ?
JH : Hahaha. Mais j’étais très champêtre, un homme du milieu rural. Je voulais juste aller à la mer et quand il faisait chaud, y plonger. Un homme marin ?

VG : Minhyuk a dit qu’il avait une phobie des photos, mais Jonghyun, en regardant vos photos lorsque vous étiez Ulzzang par le passé, l’atmosphère est comme « Allez-y, photographiez, si vous êtes prêts ! »
JH : Je n’ai pas du tout la phobie des photos. C’est drôle et agréable. Mais pour la vidéo, c’est un peu différent. Je pensais que je n’avais pas la moindre phobie mais je l’ai réalisé pour la première fois quand j’ai joué dans le drama. Mes narines deviennent grandes lorsque je suis involontairement tendu. (rires)

VG : Vérifiez-vous les réactions ou les réponses des autres après qu’un épisode du drama ait été diffusé ?
JH : Je ne vais pas sur internet. Bien sûr, je suis curieux. Mais quoi que les gens disent, j’ai essayé de mon mieux, même si je ne suis pas doué maintenant, peut-être que je pourrais mieux faire à l’avenir.

VG : Quel a été votre savoir-faire pour avoir le rôle de Colin ?
JH : Je pense qu’ils ont porté une attention aux sentiments. Bien sûr, mon jeu n’était pas très bon, mais plus j’essayais pendant l’audition, plus il devenait meilleur. Soit dit en passant, je pense que le regard (en balayant les visages de haut en bas), a joué un grand rôle dans cela. Et aussi le sentiment de « garçon étranger » ? Quand je ne souris pas, je semble froid et on a dit que je ressemblais à Colin.

VG : Quand avez-vous réalisé que votre apparence était exotique ?
JH : Quand j’étais jeune. Mes amis se moquaient de moi, en disant que j’étais un enfant métis, quand j’étais en primaire. Ils disaient que ce n’était pas possible que je sois coréen. Je suis donc rentré chez moi et ai demandé à mes parents « Suis-je un enfant métis ? » Ils ont dit non. Ils ont dit que j’étais un garçon 100% coréen.

VG : Qu’est-ce qui vous frappe le plus lorsque vous jouez ? Le dialecte ?
JH : La façon de parler avec froideur. Parce que je mélangeais un peu les expressions du visage. C’est difficile d’exprimer ses divers sentiments comme les gens qui utilisent un langage ordinaire. Et encore plus quand le personnage est chaleureux à l’intérieur, et froid à l’extérieur. C’est très difficile. Mon apparence semble froide, mais ma personnalité n’est pas du tout comme ça. (VG : A quelle personne vous êtes-vous référé (pour le personnage de Colin) ?) Senior Hyun Bin. Il semble parler franchement, mais lorsque vous portez attention à ses paroles, il y a quelques accents spéciaux à part.

VG : Avez-vous déjà pensé qu’il s’agissait de Lee Jonghyun, et non de Colin, lorsque vous vous regardez ?
JH : Quand je me regarde, je n’ai pas l’impression que c’est moi.

VG : C’est plutôt une bonne chose ! Vous devenez une autre personne, et non vous à ce moment.
JH : Mais les seniors ont dit « Jouer, ce n’est pas devenir quelqu’un d’autre. Tu dois juste être toi-même. » « Si tu deviens une autre personne, ce sera toi sans que tu ne le réalises. Ce ne sera pas quelqu’un d’autre. » (VG : Dur d’être acteur. Ça ne doit pas être facile d’être soi-même pour ça.) Voilà, c’est ce que je voulais dire !

VG : Vous êtes venu ici après le tournage de certaines scènes du drama aujourd’hui. Quelle était cette scène ?
JH : J’ai saisi et rassemblé les quatre gentlemen autour du jeu de guitare de Colin. Colin est un gars imprévisible, difficile de comprendre ce qu’il veut faire par la suite.

VG : Quelle scène sélectionneriez-vous comme la meilleure parmi celles diffusées jusqu’à maintenant ?
JH : (Prétend donner un coup de pied) Je pense que celle-là était la meilleure. (VG : Impressionnant coup de pied ?) Oui. Un jour, un ami m’a dit qu’il y avait quelque chose de passionnant sur internet, et le titre était « Le jeu de pied de Colin ». Alors, j’ai pensé « Ah, les gens disent du mal à propos de mon jeu d’acteur. » et en vérifiant cela, il s’agissait en fait de la scène du coup de pied lorsque j’essayais de sauver Im Meahri dans le club-restaurant. J’étais donc soulagé. (NDLR : « jeu de pied » traduit de l’anglais « foot acting » signifie également un « mauvais jeu d’acteur » en Corée, d’où la première réflexion de Jonghyun.)

VG : « Coup de pied » est décrit comme l’un de vos talents spéciaux sur le profil de certains sites web. Vous sautez et donnez un coup de pied dans votre teaser de « I’m a Loner » sans utiliser de cascadeur.
JH : Oui, c’est ça. J’aimerais certainement prendre part à des films d’actions à l’avenir. Je suis vraiment confiant pour ça. (VG: Comme le rôle de So Ji Sub dans « Movie is a Movie » (Rough Cut)) Oh, oui il est si cool ! Mais je veux essayer le personnage de Bourne (Jason Bourne dans la série Bourne) !

VG : Ces teasers de « I’m a Loner » montraient la personnalité de chaque membre de CNBLUE lorsque vous avez débuté. Aimez-vous votre personnalité – « Burning » ?
JH : C’est la meilleure pour moi. Comment a-t-on pu imaginer « Burning » pour la lettre B ? Je suis vraiment brûlant, dans ma vie et lorsque je fais ce que j’aime.

VG : Reprenons le sujet sur le drama. Quelle scène rassemble selon vous le plus d’insatisfactions ?
JH : Ce serait la scène où j’ai une conversation téléphonique avec ma mère et où que je suis en train de parler en japonais. J’ai été vraiment déçu de moi-même. Je pensais que le Japonais était ma spécialité donc j’étais confiant. Mais quand j’y ai repensé, ce n’était pas une question de cours. Quand les étrangers parlent couramment coréen, cela ne veut pas dire qu’ils jouent toujours bien.

VG : Personnellement, j’ai bien aimé votre expression après que votre mère ait raccrochée, « Je vais prendre ça pour un oui. » Les fans aussi ont aimé cette scène.
JH : Il y avait trop de force sur mes narines. Elles se sont élargies, elles étaient trop grandes. (rires)

VG : Avez-vous eu quelques changements dans votre vie quotidienne après avoir commencé à jouer en tant que Colin ?
JH : Je suis devenu plus calme qu’avant. J’étais toujours excité d’habitude. (VG : Eh bien, on dirait. Colin aime écouter seul de la musique.) Oui, mais j’aime écouter de la musique avec tout le monde.

VG : Comment vous êtes-vous senti lorsque vous avez rencontré les quatre candidats pour votre père ?
JH : Bien sûr je me suis demandé « Qui sera mon père parmi ces quatre-là ? » (VG : En considérant vos visages/regards similaires, peut-être Jang Dong Gun ?) Eh, comment puis-je être comparé à lui. (VG : Alors d’autres seniors sont possibles à comparer ?) Non, je ne voulais pas dire ça. Etonnement, je peux trouver une certaine ressemblance avec les quatre seniors.

VG : Qu’avez-vous anticipé comme fin pour ce drama ?
JH : Je voudrais que tout le monde soit heureux à la fin. (VG : Donc exactement, quelle serait la fin de ce drama ?) Je suppose que… Oh, c’est très difficile. L’auteur doit avoir des soucis avec ça.

VG : Je suppose qu’à chaque fois que les gens vous voient ils vous demandent « Qui est ton père ? »
JH : Oui, mais jamais je ne leur dirai.

VG : Il ne reste plus que quelques jours avant ce week-end. S’il vous plaît, écrivez-le sur ce papier. Donc Colin, qui est vraiment votre père ?
JH : Eh, il vous suffit de regarder la diffusion de ce week-end. Attendez juste. (rires)


Photographe : An Ji Sup – Editeur : Ga-hye Kim – Styliste : Bonb-bub Kim – Coiffure et Make-up : Hwan Kim – Directeur Principal : Ellientati Flower – Assistant : Hyun-ju Song

Source : VOGUE GIRL
English Translate : BOICE @eternalfor_JH (via AJ+Fizzy@CNBLUESTORM)
French Translate : TaeYoon (vérifié par Emy)



You are a beautiful liar ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cnblue.fr
 

[Interview] Jonghyun pour VOGUE GIRL - août 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [111219] B1A4 prend la pose et répond aux questions de Vogue Girl Korea
» [17.02.2012] Vogue Girl Magazine Scans.
» [Scans] Vogue Girl August 2012 - Who's your Daddy ?
» [24.05.2012] Interview 'Vogue Girl' édition de septembre : "Shhh ! Baisse d'un ton "
» Quel groupe pour 2012?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ BLUE IMPACT }  :: Love Revolution :: News :: Articles/Interviews/Reviews-
Sauter vers:  
Test pour mon tutoriel